Histoire

Le Parc de Saleccia c'est d'abord une histoire de famille, de cœur et de passion.

Saleccia vers 1960

À propos du domaine

Saleccia est habité depuis la préhistoire, fonds de cabanes et vestiges divers en attestent.
Au XVIIIème siècle, Saleccia appartient au magnifico de Fabiani, gentillomo corso. Sa petite fille, alliée à Pascal Paoli, en hérite.
C’est l’époque des grandes oliveraies qui ont fait la prospérité des balanins.
Paysages de terrasses, jardins clos, bassins, "pagliaghji" et aires de battages, étables et magnaneries, racontent l’histoire d’une économie de subsistance dont le travail à travers les siècles a modelé le paysage.

En 1951, la famille de Jean- Baptiste et Sabine Acquaviva devient propriétaire du domaine. Un millier d’oliviers multicentenaires et de mûriers destinés à l’alimentation des vers à soie sont les témoins vivants d’une époque où la Balagne était le jardin de la Corse.

Un gigantesque incendie ravage la région en 1974. A Saleccia, seule une dizaine d’oliviers en réchappent.

Il faudra 20 années de labeur pour atténuer les traces de ce désastre écologique.

Concepteur du Parc, Bruno Demoustier, paysagiste et pépiniériste, passionné de botanique, regreffe des centaines de rejets d’oliviers et entame alors la constitution des collections végétales.

C’est le début de la grande aventure du Parc.

plante
plante2

Histoire du parc

Acquis en 1951 par Jean-Baptiste ACQUAVIVA et sa femme Sabine ORTICONI, le domaine est alors une ancienne propriété agricole abandonnée depuis longtemps.
Alors que différents projets n'aboutissent pas (notamment une "Cité des Arts"), c'est finalement leur fille Irène ACQUAVIVA et son mari Bruno DEMOUSTIER qui y installent en 1967 une pépinière et leur entreprise de parcs et jardins, Casa Fiurita.
En 1974, un terrible incendie ravage le lieu, 1200 oliviers multi-centenaires disparaissent (1500 ha sont brulés sur la commune de Monticello) n'épargnant que la pépinière et l'ancienne maison agricole défendue par Bruno et son beau-frère Maurice ACQUAVIVA .
Dès les années 80, Bruno DEMOUSTIER commence à redonner vie au site en le débarrassant des bois morts, en regreffant les oléastres, en favorisant la repousse des plantes du maquis (lentisques, arbousiers,...), en remontant les murs éboulés,...
C'est en 1996, lors d'un repas de famille, que nait l'idée d'ouvrir un parc paysager au public.
Leur fille Isabelle DEMOUSTIER, alors en thèse de doctorat sur le patrimoine corse, propose de s'investir dans le projet.
Montage de dossiers, Etude de faisabilité, demandes de prêts et d'aides, travaux divers et variés sur le site ... après des difficultés de tous ordres le Parc de Saleccia ouvre finalement ses portes au public le 8 juin 2005.

fleche
fleche
1951. Jean-Baptista ACQUAVIVA achète le Domaine de Saleccia, ancienne propriété agricole à l'abandon.
1951. Jean-Baptista ACQUAVIVA achète le Domaine de Saleccia, ancienne propriété agricole à l'abandon.
1967. Leur fille Irène épouse Bruno DEMOUSTIER, ingénieur horticole originaire de Saint-Etienne.
1967. Leur fille Irène épouse Bruno DEMOUSTIER, ingénieur horticole originaire de Saint-Etienne.
1969. Début de la société CASA FIURITA. Bruno s'installe en tant que paysagiste et crée sa pépinière à Saleccia. En 1986, Irène y ouvrira la jardinerie.
1969. Début de la société CASA FIURITA. Bruno s'installe en tant que paysagiste et crée sa pépinière à Saleccia. En 1986, Irène y ouvrira la jardinerie.
août 1974. Un gigantesque incendie ravage Saleccia
août 1974. Un gigantesque incendie ravage Saleccia
1974. Isabelle à Saleccia lors d'un des innombrables repas de famille sur le domaine.
1974. Isabelle à Saleccia lors d'un des innombrables repas de famille sur le domaine.
Années 80, Bruno commence la mise en valeur paysagère du lieu. Il nettoie les troncs brûlés et bichonne les repousses de plantes du maquis.
Années 80, Bruno commence la mise en valeur paysagère du lieu. Il nettoie les troncs brûlés et bichonne les repousses de plantes du maquis.
Il greffe des milliers de rejets d'oléastres. Plus de 100 variétés d'oliviers du pourtour méditerranéen sont aujourd'hui visibles sur le Parc.
Il greffe des milliers de rejets d'oléastres. Plus de 100 variétés d'oliviers du pourtour méditerranéen sont aujourd'hui visibles sur le Parc.
Le domaine reprend doucement vie, mais comment le protéger durablement du feu ?
Le domaine reprend doucement vie, mais comment le protéger durablement du feu ?
1996. Irène, Bruno et Isabelle décident d'ouvrir le lieu au public pour le mettre hors feu et y créer un conservatoire des plantes du maquis.
1996. Irène, Bruno et Isabelle décident d'ouvrir le lieu au public pour le mettre hors feu et y créer un conservatoire des plantes du maquis.
1999. Oliviers et lentisques servent de structure au futur parc paysagé
1999. Oliviers et lentisques servent de structure au futur parc paysagé
De 1997 à 2005, les plantations d’espèces locales et méditerranéennes viennent enrichir le lieu -plus de 900 variétés actuellement-
De 1997 à 2005, les plantations d’espèces locales et méditerranéennes viennent enrichir le lieu -plus de 900 variétés actuellement-
2004. Début des travaux de l’Accueil Boutique avec l'architecte Guy CONSORTI et le maçon Mr.GIAINI
2004. Début des travaux de l’Accueil Boutique avec l'architecte Guy CONSORTI et le maçon Mr.GIAINI
2004. Mise en forme des bassin et de l'Espace Méditerranée
2004. Mise en forme des bassin et de l'Espace Méditerranée
Le 8 avril 2005,  le Parc de Saleccia ouvre ses portes au public.
Le 8 avril 2005, le Parc de Saleccia ouvre ses portes au public.

Qui sommes nous ?

Une famille d'amoureux inconditionnels de la terre de Corse. Irène, Bruno et leurs trois filles.

D'abord, le créateur, Bruno Demoustier , grand jardinier devant l'éternel : il a fait le pari fou de transformer ce domaine de bord de mer en "jardin des délices". On le soupçonne de ne pas se coucher la nuit pour bichonner ses plantes. Chut ! C'est sûr, il leur parle pour qu'elles soient si belles...
Bruno est un "sculpteur de nature", un homme de la terre, observateur, tenace, silencieux, complice du soleil et du vent, les pieds dans la terre, la tête dans les étoiles. Jour après jour, il a arpenté le maquis, s'imprégnant de ses odeurs, de ses formes, de sa palette de couleurs, pour y découvrir de nouveaux trésors.
Pendant 40 ans, ce paysagiste de l'Ecole Nationale Supérieure d'Horticulture de VERSAILLES a créé des jardins dans cette île de Corse battue par les vents, soumise aux embruns, pour les grands de ce monde comme pour des adeptes des jardins de simples.
Dans le Parc de Saleccia, il donne toute la dimension de son talent, alliant la rigueur et la poésie, le savoir et l'imagination, le rêve et la connaissance des réalités, le goût de l'intime et le sens de l'espace , la connaissance des lois strictes régissant l'art des jardins et la généreuse opulence de la nature.
Il est tour à tour sculpteur, peintre et poète et donne ainsi ses lettres de noblesse au maquis corse qui jouera désormais dans la cour des grands.

Isabelle, sa complice à l'enthousiasme contagieux. Quand elle vous raconte "le Parc", ses yeux brillent et on sent comme des bouffées de parfums enivrants : immortelles, romarins, lentisques … Après des études d'art appliqué et de patrimoine Corse (DEA en Culture Corse, Corté 1996) elle fait , avec sa famille, le pari fou d'ouvrir le Parc de Saleccia au public. Elle est gérante du Parc, et l'interlocutrice privilégiée du public.

Marie Christine, poète et photographe du Parc, raconte Saleccia, la Balagne et la Corse sur des panneaux à découvrir tout au long de la promenade. C'est aussi la créatrice des Quiz enfants et de l'exposition photos « Les fleurs du Parc au fil des saisons » (2022).

Anne, coloriste et calligraphe à ses heures - elle vous donnera même un cours, si le cœur vous en dit - vous reçoit, et de sa voix douce, vous invite à la promenade : Vallée des Lauriers roses, Allée romantique, Sentier sauvage…Oubliez tout : vous êtes ailleurs !

Quant à Irène son épouse, elle est le chef d'orchestre de cette grande réalisation.

fleche
fleche
plante

Les créations depuis l'ouverture

D'année en année, le Parc de Saleccia s'agrandit, s'embellit, se diversifie et vous propose chaque année des nouveautés. Voici en photos les principaux ajouts effectués après son ouverture en 2005 :

fleche
fleche
2007. Création du Jardin des Quatre Couleurs
2007. Création du Jardin des Quatre Couleurs
2007 à 2010. Espace animaux
2007 à 2010. Espace animaux
2007. Création de l'Oliveraie
2007. Création de l'Oliveraie
2007. Création de la Grande Aire de Jeux et de l'espace Pique-Nique
2007. Création de la Grande Aire de Jeux et de l'espace Pique-Nique
2014. Le Parc est labellisé Jardin Remarquable
2014. Le Parc est labellisé Jardin Remarquable
2015. Le bâtiment du restaurant et ses pergolas
2015. Le bâtiment du restaurant et ses pergolas
2016. L'Observatoire à oiseaux
2016. L'Observatoire à oiseaux
2017. Acquisition des œuvres d'Alexandra GATTI
2017. Acquisition des œuvres d'Alexandra GATTI
2018. Mise en place de la collection d'Agapanthes (35 variétés, 750 pieds)
2018. Mise en place de la collection d'Agapanthes (35 variétés, 750 pieds)
2019. Le bâtiment de Réception et une partie des terrasses attenantes
2019. Le bâtiment de Réception et une partie des terrasses attenantes
2019. Plantation de la terrasse de l'Espace de Réception
2019. Plantation de la terrasse de l'Espace de Réception
2020. Plantation de la Roseraie
2020. Plantation de la Roseraie

Un parc éco-responsable

Au Parc de Saleccia nous sommes tous conscients de la nécessité de prendre soin de notre environnement. Au fil du temps nous avons adapté des solutions pour limiter notre empreinte écologique. En voici quelques exemples :
Les déchets : tous nos déchets sont triés. Carton, plastique, verre, papier, sont mis dans les bennes adaptées. Les « déchets » verts sont recyclés, broyés ou décomposés, pour être utilisés aux pieds des végétaux du Parc et dans notre potager en permaculture. Les restes alimentaires du restaurant sont distribués aux volailles dans le poulailler (nourris également avec des graines bio).  Des poubelles de tri sont à votre disposition près du restaurant.
Les intrants/amendements : pour nourrir le sol et donc les végétaux, nous utilisons du fumier (que nous prenons chez des éleveurs proches) et du BRF (bois raméal fragmenté) que nous faisons sur place à partir des tailles de végétaux.
Les constructions : la  totalité des bâtiments sont en Monomur (brique de terre cuite), enduit à la chaux. Les plafonds sont en bois.
Réparer plutôt que racheter : sur place c'est Fabien qui prend soin du matériel, notamment celui à disposition de nos visiteurs. Ainsi,  le mobilier en bois (salons de jardin, bancs, etc) est réparé, poncé, traité durant l'hiver de façon à prolonger sa durée de vie.
Le plastique : nous avons définitivement arrêté les bouteilles plastiques (2019) au bar et au restaurant. Les bouteilles en verre y sont, bien entendu, recyclées … en espérant qu'un système de consigne se met en place ! Les pailles plastiques sont remplacées par des pailles biodégradables, les gobelets (utilisés lors des événements) sont en plastique lavable et réutilisable sur le long terme (nous avons les mêmes depuis 4 ans). Pour les événements où le verre n'est pas possible, nous utilisons la vaisselle biodégradable. En boutique, nous utilisons des sacs et pochettes en papier kraft.

  • Inscription

    Si vous souhaitez recevoir le programme du parc, inscrivez-vous en cliquant sur le bouton ci-dessous : 

  • Inscription
    plante